09 août 2009

18 juillet - 9 août: conférence + tourisme au Burkina Faso / Mali


20 - 24 juillet: conférence AMMA à Ouagadougou dans l'hotel Azalai

Une rue dans Ouaga:
Exposition sur le trottoir:
La piscine de l'hôtel au passage d'une ligne de grain:
Bien évidemment la conférence était super intéressante, même si pour moi c'est la fin de la thèse.


25-27 juillet:
Ce weekend prolongé, Guylaine, Marielle et moi partons vers Bobo en passant par Boromo

La station de bus à Ouaga:
Boromo est une halte pour les camions et autres automobilistes, et les deux bords de la route grouillent d'activité (restaurants, garages, pompes à essence...). Il suffit cependant de marcher 10 minutes pour fuir cette cohue et retrouver un village tout à fait traditionnelle.
Bobo fait plus "ville", avec de nombreux commerces.
La mosquée de Bobo:
Le vieux Bobo:
Des revendications justifiés:
Bien que nous ne leur ayons rien acheté, les gens de l'association nous ont mis une ambiance de fou avec leur tamtams et balafon (l'instrument avec les calebasses et les lattes de bois qui ressemble à un xylophone).

Puis nous retournons sur Ouaga où doivent nous rejoindre Nat et Sousou, des amis de Guylaine.


28 juillet-4 août: 1ère partie du voyage à cinq, le pays Dogon au Mali

Nous quittons l'animation d'Ouaga,
dans la joie et l'allégresse,
malgré quelques aléas sur le programme initial.
C'est-à-dire que le chauffeur du 4x4 nous emmène au pays Dogon en un jour au lieu de deux comme prévu. Notre agence de voyage aurait-elle voulue se faire du blé sur notre dos en économisant un jour de 4x4?.... Nous n'avons pas réussi à tirer cette affaire au claire. Ah, l'Afrique!

La pose de midi dans la cambrousse, un peu avant Ouahigouya:
Le passage de la frontière se passe sans encombres (arrêts successifs à la gendarmerie, au contrôle de voiture et à la douane dans chaque pays).

Arrivée à Koro, la première "grande ville" malienne de l'autre côté de la frontière, nous apprenons que la route habituelle du pays Dogon est infranchissable à cause de la pluie de la veille.
La chauffeur nous improvise un chemin à travers la cambrousse assez à la wallegaine!
Nous arrivons finalement à Komokani, un village Dogon que Gulyaine connaît bien.


Soumaila nous accueillera trois jours dans son village au pied de la falaise de Bandiagara.
Le premier soir, après un bon repas et un début de nuit confortable sur le toit avec nos moustiquaires, nous avons été surpris par un orage!
Le lendemain, une rivière s'était formée au pied du village!
Entre la falaise et les dunes de sable, les Dogons cultivent le mil.
Soumaila nous fait visiter son village et nous montre les passages dans la falaise.
Celui-ci ne passe pas pendant la saison des pluies, il faudra en trouver un autre.
Finalement nous parvenons en haut par un chemin assez escarpé, en croisant une femme avec un enfant dans son dos et un lourd panier sur sa tête, alors qu'elle se rendait à un marché sur le plateau!

Falaise de Bandiagara vue de la dune:


Plan baignade à la cascade:
Village Dogon sur le chemin: ils en profitent pour demander de l'argent aux touristes en faisant payer le droit de passage.




Puis nous partons pour une marche de trois jours dans le pays Dogon avec notre guide Amadou.
Nous passerons par les villages de Tireli, Ireli, Babani, Koundou, les 3 Youga et finalement Yendouma, le village natal d'Amadou.


des spots majeurs d'escalade tout le long de la falaise de Bandiagara:
Dans la falaise on peut voir les restes des habitations des Telem, ceux qui vivaient là avant l'arrivée des Dogons.
Des greniers:
Une case à palabre, dans laquelle se règlent les conflits du village:

Un passage insolite pour monter sur le plateau au dessus de la falaise:

La plaine en bas:
Le plateau en haut:
Vue sur les "3 Youga", nom donné à la montagne dissociée de la falaise sur laquelle se situent les trois villages Youga Gaganah, Youga Dourou et Youga Piri


Campement entre Koundou et Youga Gaganah:

Marche sur les "3 Youga"

Un passage insolite:

Vue du plateau sommitale:
De l'autre côté de la montagne: Youga Piri,


Et nous voilà sur la plaine de l'autre côté. Nous retrouvons en face la falaise de Bandiagara surplombant le village Yendouma.
En se retournant, vue sur les 3 Youga:
Yendouma:
Plan Cascade, merci Amadou!
Au retour nous nous faisons surprendre par un grain orageux assez bref mais intense!
Sculpteur à l'atelier du forgeron:
Tisseur:
C'est la fin de la marche et nous retrouvons le 4x4 pour rejoindre la civilisation. Ce soir nous dormirons à Douentza, une ville que Guylaine connaît bien.

En chemin nous nous arrêtons à des villages Dogons:

Hmmm! les bonnes odeurs de poisson séché!
La mosquée traditionnelle:

Douentza:

Comme d'habitude, nous dormons sur le toit d'une maison avec les moustiquaires:
Autour de Douentza:
Vue sur Douentza:



5 - 9 août : 2ème partie du voyage à cinq, le fleuve Niger au Mali
C'est à Kona que nous embarquons sur une pinasse pour un voyage de deux jours sur le fleuve Niger: direction Mopti!

Le repas de ce soir:
C'est la glande totale!



Sousou se brosse les dents "à l'ancienne"!

Coucher de soleil:
Lever de soleil!
De temps en temps nous nous arrêtons dans un village. Mais les gamins de cinq ans qui nous demandent de l'argent nous mettent trés mal à l'aise alors on s'en va vite. Alala...


Arrivée sur Mopti:
Marché de Mopti:
de la bonne viande!
Du bon poisson séché!
Vous avez des problèmes de santé? pas de problème!
Le port de Mopti, très pittoresque, mais très sale et assez... nauséabond pour un européen pas habitué.
Clair de Lune à la terasse d'un café:
Hmmm! encore du poisson séché!
Ce matin (6 août) le port est éclairé par une lumière étrange...
Une ligne de grain s'avance vers nous! Celle-là on l'attendait!
Tous les éléments sont là: front de rafale relativement froid, nuage de poussière, puis grosse tempête et beaucoup de précipitations.

C'est tout à fait le style de "perturbation africaine" qui donne naissance à un cyclone tropical en arrivant sur l'Atlantique. A l'heure qu'il est où j'écris ce message (9 août), cette perturbation est devenue une depression tropicale dans la région des Îles du Cap Vert. A suivre!

Malgré le retard occasionné nous reprenons le 4x4 pour visiter Djenné, connue pour sa grande mosquée.
Dans cette région le fleuve Niger se sépare en plusieurs bras, et il faut en traverser un pour rejoindre Djenné.
Message subliminal à tous les amateurs de flag...
La fameuse mosquée:
Balade dans Djénné:

Après de rudes négociations avec notre guide et le chauffeur, nous faisons comme prévu le voyage de retour sur Ouagadougou en deux jours et pas en un seul. Celà nous permet de profiter encore du pays Dogon, et surtout de ne pas rester un jour de plus à Ouaga.
Notre agence de voyage aurait elle encore voulue se faire de l'argent sur notre dos en économisant un jour de 4x4?.... Ce genre de situation est assez désagréable dans la mesure où les prestations étaient convenues et payées. Ah, l'Afrique!

Pose de midi dans la cambrousse:

Un message omniprésent tout au long de notre voyage:
A Bandiagara, la porte d'entrée du pays Dogon, a lieu la prière du vendredi:
Ainsi qu'un grand marché:
Du haut de la falaise de Bandiagara:
L'hôtel à Koro:
Sur la route au Burkina le lendemain:


Et voilà, retour sur Ouaga, puis Toulouse!
Merci Guylaine pour avoir initié ce super voyage!

3 commentaires:

Damien a dit…

Super le voyage!!
Ca a du etre bien sympa et vraiment dépaysant!!
Donc si je comprend bien tu finis ta these?
Quels sont les projets??
A plus

Damien

jojo a dit…

coucou mec!
normalement je soutiens ma thèse fin septembre, et début novembre je pars à Zavkhanmandal!
Je te tiens au courant quand j'aurai plus de précisions sur le programme. On va faire une grande fête juste avant de partir.
Tu pourra éventuellement nous accompagner le premier jour dans les Calanques!

Damien a dit…

Carrément!! Ca sera avec plaisir!! Tiens moi au courant qd tu passes dans le coin!!

A plus