02 août 2008

5 juillet - 2 août : séjour au Mexique puis au Guatemala


1ère partie : Conférence à Cancun
Bon ben la conférence a eu lieu dans un hôtel grand luxe avec la plage de sable privée juste à côté!
Comme la barrière de récifs commence plus au Sud de Cancun, y'a des vagues de malades!
Sinon il fait super chaud et humide, et ça ne me donne pas trop envie de passer le reste de mes vacances dans les environs.

A part ça la conférence c'était super dur et j'ai pas compris grand chose. Mais j'ai discuté avec pleins de gens et j'ai pas mal avancé dans la compréhension de mon sujet, ce qui est déjà pas mal.


2ième partie : le voyage à la wallegaine.
Au début je voulais aller au lac Atitlan au Guatemala en passant par le Belize. J'aurai ainsi pu visiter les sites mayas de Tulum sur la côte Atlantique et Tikal dans la forêt subtropicale du Guatemala. J'ai renoncé à ce chemin pour plusieurs raisons :
- il "paraîtrait" que le Belize est un pays dangereux
- c'est pas trop la saison d'aller dans la forêt subtropicale
- c'est pas sûr que la route pour passer du Belize au Guatemala dans la forêt subtropicale soit praticable et très parcourue...

Comme j'ai pas trop envie non plus de continuer de galérer avec ce climat chaud et humide, je fais aussi une croix sur la péninsule du Yukatan. Tant pis pour le site de Chichen Itza et tous les autres.

Dans ce cas, en route dès le vendredi après-midi à la fin de la conférence (11 juillet) pour San Cristobal de las Casas, une ancienne ville coloniale située à 2300m d'altitude dans la région du Chiapas . Avec les bus mexicains graves en place (TV, climatisation, un siège pour chacun), y'en a eu pour 16 heures de trajet, de nuit bien sûr.
De San Cristobal on peut prendre un bus pour le Guatemala, sauf que ça marche pas le we. Une bonne excuse pour profiter de cette jolie ville où le climat est agréable :

Vite fait je cale mon sac à l'hôtel Santa Clara qui donne sur la place de la cathédrale (très classe, par contre un peu cher : 450pesos= 30€/nuit, en comparaison à ce qu'on peut trouver d'autre dans la ville 100-200pesos/nuit)

Le temps se gâte, ça vaut quand même le coup de se balader dans les rues aux maisons colorées de San Cristobal.
Cette ville est dominée par une colline au Nord-est sur laquelle est construite l'église de Guadalupe.
Vue de cette église :

Le soir en me promenant je tombe sur un concert gratuit à l'Auditorio de Bellas Artes. Ce sont des étudiants en musique de tout le pays qui venaient jouer et chanter des musiques traditionnelles. Il y avait au moins 15 groupes (soit que des filles, soit que des garçons!). Les styles étaient très variés et c'était excellent. Voilà une vidéo.


Pour finir la soirée, une petite montée jusqu'au temple de San Cristobal...
d'où on peut voir les lumières de la ville.


dimanche 13 :
journée de tourisme organisée pour visiter:
(1) las cascadas Agua Azul
(2) la cascade de Misolha
(3) le site Maya de Palenque :

C'était intéressant mais ça fait beaucoup de voiture dans la journée.


lundi 14 :
depuis 2 jours, les gens que je rencontre me déconseillent d'aller au Guatemala, parce qu'il y a beaucoup plus de pauvreté et donc d'insécurité. C'est vrai que d'après mon guide, le gouvernement guatemaltais a peu de contrôle sur la population majoritairement maya. Du coup on ne sait pas ce qu'il s'y passe. Mais mon guide dit aussi que le Guatemala est un pays pour les randonneurs, et qu'il y a plein d'écoles de langue espagnole pour les touristes.

Donc c'est parti pour le Guatemala.
Je pense que le bus du matin va directement à la Cuidad de Guatemala, mais il était complet. Du coup j'ai pris le suivant qui m'a seulement amené à la frontière. A partir de la c'est l'aventure. après un passage à la douane pour faire un tampon sur le passeport, il faut prendre un taxi qui te mène à la vraie frontière: le village guatémaltais de Mesilla. C'est très peuplé et il y a des commerces - bazars tous les 3 mètres. J'ai pas l'impression qu'il y avait beaucoup d'autres touristes comme moi ce jour-là. Maintenant J'ai deux choses à faire : me procurer des quetzals, la monnaie locale, et trouver la station de bus. Il y avait 2, 3 arnaqueurs qui voulaient m'échanger des pesos contre des quetzals à un taux aberrant, mais à part eux les gens m'ont aidé. En fait il fallait traverser tout le village pour trouver une banque et la station de bus. Sur le chemin j'ai acheté un truc à manger, histoire de m'habituer à la nourriture locale : des tortillas avec une mixture de viande et d'oignon très épicée, super bon!
A la station de bus c'est un peu différent de ce que j'ai vu au Mexique. Déjà on est à l'extérieur sur de la terre avec pleins de ravines partout. Les bus sont beaucoup plus petits et très colorés : on dirait des bus de cirque. Il y en a au moins 15 dans un espace très réduit. Et puis il y a plein de monde. Pour résumer c'est le gros bordel. Chaque bus a son conducteur ainsi qu'un garçon chargé de le remplir au maximum et de mettre les gros bagages sur le toit du bus. En fait chaque ville à son petit nom en langue locale, Quetzaltenango est appelée Xela (prononcer shéla), Huehuetenango est appelée Huehue (prononcer ouéoué). Ca gueule dans tous les sens : shéla shéla shéla! ouéoué, ouéoué ouéoué! et plein d'autres trucs que je sais pas. En fait ils parlent mam pour la plupart...
Bonne ambiance!
Au début je voulais aller à Quetzaltenango, une ancienne ville coloniale entourée de volcans et où il est possible de prendre des cours d'espagnol. En fait je suis monté dans un bus qui allait à Huehue, et il fallait que je fasse un changement. Dans le bus on s'entasse un truc de fou! C'est pas aussi confort que dans les bus mexicains... par contre ça coûte quasiment rien. La route remonte une rivière, les paysages sont très beaux. C'est aussi impressionnant le nombre de gens qui ont leur maisons au bord de la route, et le bus ne cesse de s'arrêter. Il y avait même une école, et c'était pile la sortie des classes.
Finalement le temps passe, et je me souviens que d'aprés mon guide, Huehue est à la porte des montagnes Cuchumatanes, où les populations maya qui y vivent ont conservé leur traditions. Du coup ça part de là je m'arrête à Huehue pour passer la nuit.



mardi 15 :
après une relecture de mon guide, c'est claire que je dois faire un tour à Todos Santos, un village mam perdu dans la montagne. Un bus y mène. Par contre celui que je prend me laisse à Tres Caminos. C'est certainement parce que j'ai dit au gars que je voulais randonner (quiero caminar!), et qu'on s'est mal compris.
Dans ce restaurant (comedor) j'ai vraiment bien mangé.

Puis j'ai demandé où c'était Todos Santos, et on m'a dit à 3heures de marche en continuant sur la route. Alors je suis allé dans les pâturages sur le côté de la route, et des gens m'ont indiqués des chemins beaucoup plus sympathiques.


J'ai croisé quelques personnes sur le chemin. Des gens qui vivent en autonomie, et qui n'ont a priori aucune source de revenue. Un garçon m'expliquait qu'il voulait apprendre l'anglais, il voulais un livre. Je ne suis pas arrivé à savoir son adresse, je crois qu'il avait une situation très précaire. Il ne vivait pas chez ses parents, mais dans une maison perdue dans cette montagne chez des gens.


Plus tard j'ai croisé un gars de mon âge qui m'a accosté en anglais. En fait il a vécu plusieurs années en Californie et voulait pratiquer son anglais avec moi. Lui aurait voulu un dictionnaire pour se perfectionner. De toute manière il comptait y retourner pour travailler. Je suis pas arrivé à savoir s'il préférait la vie à l'ancienne dans sa famille où la vie à l'occidentale aux Etats-Unis.
A un moment donnée une gamine m'a crié : "Como estas gringo!"
....esta bien.....
Finalement j'ai récupéré la grande route et intercepté un bus pour Todos Santos.

C'est un trés jolie village, pas si pommé que ça finalement.
Todos Santos a toujours attiré les touristes à cause de la culture mam. Ce soir je dors à l'hôtel (une nuit pour 35 quetzal = 3€).

A Todos Santos y'a une association qui organise des cours d'espagnol et de mam pour les touristes : Hispanomaya. Par l'intermédiaire de cette association, il est aussi possible de loger dans une famille du village. Ceci permet d'aider financièrement ces familles tout en leur apportant quelque chose d'autre. Et puis le but premier de l'association est de récolter de l'argent pour scolariser les enfants les plus pauvres de Todos Santos. Le coordinador d'Hispanomaya s'appelle Lucas, et vient d'Angleterre. Il connaît les familles et les professeurs, et fait l'intermédiaire avec les touristes. N'importe qui peut prendre sa suite lorsqu'il partira, c'est un travail comme un autre. Son salaire dépend cependant du nombre d'élèves inscrits à Hispanomaya. Du coup ca me tente bien de participer à ce truc et je prévois de prendre des cours pendant 2 jours, tandis que Lucas me donne des idées de randonnée dans le coin. Le deuxième jour je dormirai chez une famille, pour ensuite reprendre la route vers Quetzaltenango.


mercredi 16 :
randonnée le matin.

l'école Hispanomaya:
vue sur Todos Santos:

village traditionnel au col:


autre vue de Todos Santos:
église de Todos Santos:
rue principale avec un bus de cirque:

l'aprés-midi j'ai pris un cours d'espagnol avec Polo (Leopoldo). Il est instit' à l'école primaire le matin, et l'après midi il donne des cours à Hispanomaya quand il y a des étudiants.

En discutant de choses et d'autres, il m'a expliqué comment le gouvernement guatémaltais est corrompu.
En fait il y a un groupe de familles très riche au Guatémala qui donne de l'argent aux candidats à la présidentielle avant les élections. Du coup celui qui a le plus magouillé peut visiter le plus de villages reculés dans le pays. Les gens se disent alors que si ce candidat est venu les voir, c'est qu'il s'intéresse à leur problèmes. Mais quand il est élu, il s'est trop corrompu avec les familles riches pour pouvoir faire comme il veut. Au final le gouvernement ne fait pas grand chose.

il m'a aussi expliqué qu'en ce moment il y a une réforme de l'éducation au Guatemala. Jusqu'à présent il y avait deux types d'écoles (primaire, secondaire) : celles "del govierno" et celles "del programa". Ce sont toutes des écoles gratuites. Puis il y a une école dans chaque petit village, ce qui fait que ce sont les "maestros" qui doivent se déplacer. C'est-à-dire que s'il y avait seulement une école dans la grande ville la plus proche, il y aurait certainement beaucoup moins d'enfants qui iraient à l'école.
Dans les écoles del govierno", les "maestros" ont leur emploie à vie, et il y a des abus parce qu'il n'y a pas beaucoup de contrôles. Par exemple, si l'école est super loin, le "maestro" prend son lundi pour s'y rendre, et commence son cours le mardi. Pour la même raison il finit son cours le jeudi.
Dans les écoles "del programa" c'est plus tendu de faire ça parce que les "maestros" doivent rendre des comptes chaque année aux organisations privées qui financent.
En pratique, les écoles "del programa" marchent mieux que celles "del govierno".
Aujourd'hui, le gouvernement veut unifier ces deux systèmes, et avoir uniquement des écoles "del govierno". C'est mieux pour la conditions des "maestros" qui auront tous un emploi à vie, mais le niveau de l'enseignement risque de se dégrader.
A mon avis, il suffit juste que le gouvernement durcisse son contrôle dans les écoles, mais c'est pas gagné.


jeudi 17:
randonnée le matin à la Torre.

Jojo en costume traditionnel de Todos Santos!
vue sur les volcans du Guatemala:
la vallée de Todos Santos:
Sur le retour j'ai discuter avec un gars de mon âge qui travaillait dans son petit lopin de terre. Il voulait apprendre l'anglais. Cette fois-ci j'ai pu récupérer son adresse, donc je vais essayer de lui dégoter une méthode assimil d'anglais en espagnol!
Ce soir je dors dans une famille du village : Rosa qui vit seule avec ses trois enfants : Eric, Christian et Griselda. En fait j'ai mal à la tête à cause du Soleil je pense, donc je vais peut-être pas reprendre la route tout de suite et me reposer ici quelques jours de plus.


vendredi 18:
C'est décidé je reste une semaine de plus à Todos Santos! L'aprés midi il y a des cours d'espagnol et je vis avec la famille de Rosa.
Ca coûte 1250 quetzals = 110€/semaine pour les cours et tous les repas avec la famille.
Faut juste que je me trouve une activité pour la matinée.


samedi 19:
Avec d'autres étudiants et des gens du villages, on est allé à la fête annuelle de Huehue.




dimanche 20:
repos pour moi. J'en profite pour travailler sur un projet d'article pour ma thèse.
Pendant ce temps la Rosa fait sécher au soleil des fils de coton qu'elle a trempé dans une mixture à base de farine de maïs. Ensuite elle va faire du tissage. C'est une vêtement traditionnelle pour sa fille qu'elle mettra à la fête annuelle de Todos Santos à la Toussaint. Le tissage à la main c'est un truc de malade, Rosa en a au moins pour un mois de travail.

rue où habite Rosa.

la petite Griselda!En fait Rosa n'a pas de travail à Todos Santos. Sa principale source de revenue vient de l'association Hispanomaya. Elle envisage éventuellement de retourner aux États-Unis où il y a plus de travail, même pour ceux qui n'ont pas de qualification (je me trompe peut-être, mais il me semble qu'en France ce n'est pas le cas). Par contre elle a un lopin de terre, de la volaille, une truie, des cochons, ce qui lui permet d'entretenir un petit commerce.
Et puis elle a des frères aux États-Unis qui lui donnent de l'argent de temps en temps...
Et puis elle est très croyante.
Au final, on mange bien et suffisamment chez elle.
Je ne pense pas que son cas soit très différent des autres familles de Todos Santos.


semaine du 21 au 27
le matin j'aide Deciderio , un "maestro del govierno" à l'école primaire de Tzunul, à 20min en voiture de Todos Santos. Au Guatemala les grandes vacances on lieu plus tard en décembre-janvier.
Deciderio a une classe de plus de 60 minos entre 5 et 8 ans. Je m'occupe des plus petits (les faire dessiner, compter jusqu'à 10, jouer au foot).

A la pose il y a un repas offert pour les enfants:
Un jour il y avait des travaux dans la cours et Deciderio m'a laissé seul dans la classe.
Le oaï!


Cette semaine c'était la fête de toutes les écoles autour de Todos Santos.

élection de la reine:
des joueurs de marimba, un sorte de grand xylophone:
court film de la soirée dansante:



bonne ambiance à l'école Hispanomaya (mon prof d'espagnol à gauche).
un danois a pris une photo dégaine de moi...

quelques photos de Todos Santos le matin:



Rosa à sa cuisinière au feu de bois:
Ca vaut certainement le coup de s'investir plus dans la vie du village, à voir pour une prochaine fois!


lundi 28:
marche de 6heures pour rejoindre San Juan Atitan, un autre village traditionnel.
Les gens sur la route m'ont indiqué le chemin.












Arrivée à San Juan, un joli village de montagne:



Une camionette me ramène à Huehue, d'où je prend un bus de cirque pour aller à Quetzaltenango (Xela), l'ancienne ville coloniale où je voulais aller.
un hôtel pas cher du tout (35 quetzals=3€/nuit) à 2min de la Parque Centrale (image ci-dessus).
Parque Centrale de Quetzaltenango de nuit.



mardi 29:
Aujourd'hui j'ai envie de me promener en montagne.
bus pour Zunil pour me rapprocher des volcans (à 30min de Quetzaltenango) :


Un pick-up me propose d'aller à la source d'eau chaude "Fuentes Georginas" pour 50 quetzals.
Ca part de là.
Finalement je reste pas dans cet endroit...
...et je prend le sentier de randonnée qui démarre là.

Y'a beaucoup de végétation. Je fini par arriver à un point de vue sympa.
Je prend un autre sentier parfois difficile à suivre pour monter sur la crête:

Dans le fond, Quetzaltenango:
Au retour, impossible de retrouver le sentier pour rentrer à la source d'eau chaude. A la place je tombe sur un chemin bien tracé.
Je rencontre un gars qui ramenait du bois. Apparemment le chemin mène à Zunil: nickel!
Le brouillard tombe.
Finalement je retombe sur la route principale et je reprend un pick-up (10 fois moins cher que celui du matin...)

Eglise de Zunil:
les bus de cirque:
Zunil:
retours à Quetzaltenango et vue de nuit de l'hôtel sur la ville:


mercredi 30:
maintenant je dois rentrer à la Cuidad de Mexico où j'ai mon avion vendredi en début d'après-midi. Je prend un peu d'avance parce que j'ai rien planifié.
Les bus du Guatemala s'arrêtent tout le temps, et à chaque arrêt des gens rentrent dans le bus pour faire la manche, vendre de la nourriture ou tout autre sorte de bricoles.
Finalement j'arrive à Mesilla à la frontière du Guatemala, et un taxi me mène au poste de frontière mexicain 4 kilomètres plus loin.
Un passage à la douane pour faire un autre tampon sur le passeport et c'est la fin de mes aventures au Guatemala.
Un bus mexicain grave en place me ramène à San Cristobal de las Casas en fin d'aprés-midi, où je décide de passer la nuit.


jeudi 31:
promenade dans San Cristobal












Puis bus de nuit pour la Cuidad de Mexico et avion de retour pour la France. Dans l'avion j'étais à côté d'une française qui m'a expliqué ses vacances de un mois au Mexique. Ca a l'air tout aussi majeur que le Guatemala!

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Hello mec,

J'ai vu Matthieu T. aujourd'hui qui m'a parlé de toi ! il ma'a dit que tu étais au Guatemala ! ça a l'air vraiment génial d'après les photos ! Tu es magnifique en costume !!! Profite bien de petits l'école :-) et reviens avec plein de choses à nous raconter !

a+

Mathieu allias Johnny

jojo a dit…

coucou Johnny!

je suis rentré cet après-midi. Je suis en train d'écrire les commentaires des photos, mais ça prend du temps. Je continuerai demain.
ciao

Nicolas a dit…

Dégaine ce trip ! Enorme le costume de scène ;)

jojo a dit…

hei!
c'est Nico Tran ou kramkin!

sinon pour le costume de scène, je le remettrai pour des occasions privilégiées (réunion tupperware par exemple...)

Nicolas a dit…

C'est Cramkin ;) Je suis rentré d'Allemagne.